LDC : DU SPECTACLE ET LA FINALE POUR SETIF !

tpmUne semaine après la défaite sur le sol algérien (2-1), les joueurs du TP Mazembe avait leur destin en main devant leur public pour composter leur billet en finale de cette édition de la Ligue des Champions. Les joueurs de Patrie Carteron avaient tout pour réussir leur mission : le public, l’avantage à domicile, les joueurs mais aussi les chiffres. Car en 11 demi-finales disputées dans cette compétition, le TP Mazembe n’a été qu’à deux reprises (2002 face au Zamalek, et dix ans plus tard devant l’Espérance de Tunis).

Comme à l’aller, l’entraineur français décide de mettre en place un onze offensif. « S’il faut mourir sur le terrain, nous le ferons » avait-il martelé quelques heures plutôt en conférence de presse d’avant match. La feuille du match concocté par le technicien français corroborait ainsi ses dires. En face, l’Entente Sétif n’est pas venue en victime expiatoire. Dès l’entame de la partie, Abdelmalek Ziaya surprend tout le monde en réussissant un centre tir qui trompe le dernier rempart congolais, décidemment pas encore entrée dans son match (9e). Les algériens douchent le public de Lubumbashi, et désormais les Corbeaux doivent frapper à deux reprises pour espérer les tirs aux buts (pas de prolongations en demi-finale de la Ligue des Champions).

Malgré ce but matinal, les congolais vont conserver le cuir et imposer leur supériorité technique face à des algériens venus plutôt pour conserver leur avantage de l’aller. Sur un excellent coup-franc repoussé par le très bon gardien de Sétif, Nii Adjei suit bien et marque de la tête dans un but vide (22e). Les Corbeaux nettement au-dessus techniquement vont continuer à appuyer sur l’accélérateur et se procurer de nombreuses opportunités de refaire leur retard. Juste avant la mi-temps, le défenseur central Salif Coulibaly monte sur corner, et s’élève plus que tout le monde au premier poteau pour tromper le dernier rempart des visiteurs (38e). Le TP Mazembe qui propose un excellent spectacle retrouve son douzième homme totalement réchauffé par ces deux buts.

Au retour des vestiaires, Patrice Carteron injecte plus de sang froid pour mettre plus à mal l’entre jeu de Sétif. Un coaching qui va pas tarder à payer, car sur son premier ballon, Jonathan Bolingi profite d’un excellent slalome de Samata pour permettre aux siens d’avoir un pied en finale (55e). Assommé, le club algérien ne trouve pas les ressources pour revenir dans la partie. Quelques longs dans la surface et des contres qui rappellent tout de même aux joueurs Congolais qu’on est dans une demi-finale de Ligue des Champions. Malgré de nombreuses opportunités nettes, les joueurs de Patrice Carteron n’arrivent pas à tuer le match. Notamment grâce à un excellent gardien adverse. Kherdine Madoui, l’entraîneur de Sétif, décide de faire bouger les choses avec l’entrée en jeu de Younes. Un choix payant car à un quart d’heure du terme, le même Younes complètement excentré sur le côté gauche de la défense de Mazembe réussit à tromper la vigilance de Kabala. Et malgré 5 minutes d’arrêts de jeu et de nombreuses occasions franches pour les Corbeaux de Lubumbashi, il n y’aura pas de finale 100% congolaise, après la qualification de l’AS Vita Club la veille.

Comme en 2002 et 2012, le TP Mazembe voit son chemin s’arrêter au stade des demi-finales de la compétition, face à des clubs du Nord. Quant aux algériens, vainqueurs de la compétition en 1998, il faudra désormais confirmé en finale face aux Dauphins Congolais de l’AS Vita Club, après avoir escaladé la montagne Mazembe.

Alpha BALDE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique