HAFIA FC : DES DEPARTS ET DES INTERROGATIONS

le hafia au marocQui n’avait pas été trompé par le coup médiatique orchestré par le Hafia en début de saison, avec l’arrivée de sa filiale brésilienne ? Accueil d’une télévision brésilienne venue suivre l’installation de ses footballeurs expatriés, et voilà la rennaissance du légendaire Hafia FC annoncé sur toutes les lèvres. Sauf que sans véritable projet sportif, les verts et blancs se retrouvent aujourd’hui au coeur de toutes les interrogations…

Dis moi quel est ton projet, je te dirai quel résultat tu auras..

Relégué en Ligue2 la saison dernière, le légendaire club de Guinée a vu l’arrivée du richissime KPC à sa tête. Cela aura suffit pour que certaines langues voient déjà le Hafia revenir sur le devant de la scène. Promu au sein de l’élite cette saison, les verts et blancs ont préféré faire du tape à l’oeil plutôt que de mettre en place un véritable travail de fond, ponctué d’un réel projet sportif. Au lieu de s’entourer d’observateurs avertis et capables de poser des actes footballistiques, KPC et son équipe préfèrent bâtir à la vas-vite. Oubliant certainement que le football est un spectacle observé par des millions de passionnés, contrairement à des immeubles dont la contemplation et la fréquentation n’est possible que pour un certain nombre de privilégiés.

Pour faire Bling-Bling, la direction du Hafia va d’abord faire sa préparation hors des frontières guinéennes (au Maroc). Préférant claquer des millions pour un club promu dans des tournées d’avant saison souvent réservées à des écuries qui ont déjà confirmé dans leur passé récent, et qui affichent des ambitions dévoilées. Mieux, elle va miser sur la filiale brésilienne. Les coachs locaux ne vendent pas du rêve, le club légendaire de Guinée préfère donc jeter son dévolu sur un certain Antônio Dumas. Cet entraîneur brésilien de 59 ans n’a rien gagné dans sa carrière. Plus connu pour sa facilité de naturaliser des joueurs brésiliens partout où il est passé (6 pour l’Equipe Nationale du Togo et 8 pour celle de la Guinée Equatorale) que pour ses qualités de technicien, le nom d’Antonio Dumas passe pourtant comme un véritable coup de maître réussit par les dirigeants du Hafia. La preuve ? La présentation médiatique du brésilien. Toute la presse nationale se presse de voir qui est ce nouveau « grand homme » des verts et blancs de Conakry.

L’échec et la débandade…

Décidément toujours à l’aise pour alimenter ses équipes, Antônio Dumas parvient à dénicher des footballeurs brésiliens pour son nouveau club. Quoi de mieux pour vendre du rêve que de ramener des brésiliens dans son équipe ? Annoncés comme les futurs stars du championnat, les trois brésiliens peinent à convaincre. Tout comme leur coach. Après six journées, les verts et blancs sont loin d’être ridicules mais ont du mal à convaincre leur public. Un jeu loin d’être alléchant et sans solidité défensive, le club de KPC pointe à la sixième place (8pts), à trois points du podium. Malgré ce parcours appréciable en championnat, le technicien brésilien se lasse. La faute à certaines promesses non respectées par la direction  à son endroit, mais aussi à certaines approches avec le Horoya A.C. Antônio Dumas décide donc de jeter l’éponge. Quelques heures plus tard, ce sont Fernando Costa (Gardien), Felipe Costa (Défenseur blessé six mois) et l’attaquant Dos Santos qui vont emboîter le pas à leur guide sur les terres guinéennes. Raison officielle invoquée par la direction suite à ces départs, un « manque de communication ». Les joueurs brésiliens ne parlant que portugais, le départ du technicien brésilien serait donc un frein à leur communication au sein de l’équipe. Encore une preuve du manque de travail de fond réalisé par la direction du Hafia.

Malgré l’arrivée depuis un certain moment de richissimes hommes d’affaires guinéens à la tête de leur club, le constat qui s’en dégage est mitigée. Préférant taper dans l’oeil au lieu de poser de véritables actes dans un projet sportif réfléchit, les dirigeants du football guinéen préfèrent importer que de mettre en valeur les rares talents que possède le pays. Comme si l’arrivée d’un étranger était forcément synonyme de succès…

Alpha BALDE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique