LUIS FERNANDEZ, L’HOMME AUX AMBITIONS XXL

Real Betis new coach Luis Fernandez of France gestures during their Spanish First Division soccer match against Celta Vigo in SevilleAprès être longtemps resté dans un mutisme vis à vis des médias guinéens, Luis Fernandez a finalement accepté de répondre aux questions de nos confrères de guinneefoot.info. Dans cet entretien, l’homme à la double casquette (consultant et désormais sélectionneur national) -sans compter la sucette à la bouche- a abordé de nombreux sujets sans langue de bois. 

Alors que le sujet intéresse plus d’un, Luis Fernandez a tenu à clarifier la question de la résidence permanente en Guinée. Très investi dans son métier de consultant sur une radio et une télévision basées en France, l’ancien coach du PSG prévient tout de suite :  » (…) Ne vous inquiétez pas pour ceux qui sont au pays. même si je ne serai pas toujours présent, mais il y’aura la présence de quelqu’un que moi je vais mettre en place pour qu’il soit là tous les jours, qu’il collabore et qu’il aide. » 

Si pour nombreux observateurs cette situation est inconfortable avec son nouveau rôle de sélectionneur, l’ancien technicien de Bilbao n’est pas du même avis, et essaye de prouver que son rôle de consultant serait plutôt un avantage dans son devoir d’observation des joueurs guinéens évoluant à l’étranger  » Un sélectionneur c’est celui qui regarde quel est le joueur qui joue. De par mes obligations professionnelles, je suis dans le monde du football. Cela veut dire que je suis obliger de regarder, de suivre les joueurs qui sont censés jouer dans la sélection de Guinée. Un sélectionneur, ce n’est pas le travail au quotidien. C’est un travail de recherche, trouver des joueurs et les regarder pour avoir une bonne sélection. ça ne pose aucun problème, vous êtes dans l’actualité du championnat. Vous devez juste avoir les compétences pour pouvoir faire votre travail. »

Quand on est sélectionneur d’une équipe africaine, la question des binationaux est inévitable. Comment Luis compte s’y prendre ?  » (…) Quand un choix se fait, il s’agit de le respecter. C’est important. Vous ne pouvez pas forcer quelqu’un. (…) Si on doit ramener deux ou trois nouveaux joueurs il faut qu’ils aient de l’expérience pour pouvoir jouer dans une sélection. Le choix, il est personnel. Après, si je sens qu’il y’a une utilité à se déplacer pour discuter et échanger, il n’y’a pas de problème. Quand un joueur a envie de venir en sélection, il vient parce qu’il a de l’ambition, il est motivé, il aime son pays, et il a envie d’apporter quelque chose. Si quelqu’un n’est pas motivé et n’a pas envie de jouer, vous le ne le prenez pas quand vous êtes sélectionneur » a-t-il lâché.

Alors que le Syli National de Guinée a été éliminé en 1/4 de finals lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, Luis Fernandez semble nourrir des ambitions plus grandes avec sa futur équipe  » Il faut qu’on se qualifie à la CAN, participer à la CAN, et ensuite être bon à la CAN. Moi je ne me contente pas du strict minimum, j’adore le maximum. (…) Pour moi une bonne CAN, ce n’est pas d’être éliminé au prochain tour mais de se qualifier pour la finale et de gagner la CAN. Pour moi, c’est mon objectif quand je vais dans un pays ou dans un club. »

Même s’il avoue qu’aucun contact n’est pour l’instant établit entre lui et ses futurs joueurs, le technicien français semble déjà avoir trouvé sa petite perle  » Il y’a un garçon que j’ai vu jouer, il me plairait. C’est Oularé qui joue en Belgique, son papa est un ancien international… » un appel du pieds fait au fils de l’ancien avant centre du LOSC ? affaire à suivre, surtout quand on sait que le jeune Obi Oularé intéresse les Diables Rouges..

 

Alpha BALDE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique