SADIO DIALLO, L’APOGEE D’UN ETERNEL ESPOIR ?

sadio 1Si Helen Keller avait dit que << Rien ne peut se faire sans l’espoir et la confiance>>, Sadio Diallo aura réussi à renverser la tendance. L’international guinéen dont la dernière sélection remonte à des lustres, a fini par ne rien faire malgré l’espoir et la confiance placés en lui. Une habitude chez les footballeurs guinéens…

Des débuts plus que prometteurs

JOIE DE SADIO DIALLO APRES SON BUT

JOIE DE SADIO DIALLO APRES SON BUT

Pourtant, Sadio Diallo c’est une histoire qui avait bien commencé. Auteur de très belles performances dans le championnat guinéen de football de première division, le jeune joueur de la banlieue de Conakry tape dans l’oeil des recruteurs niçois et rennais. Mais une fois en France, Sadio réalise l’écart de niveau entre la ligue1 guinéenne et la porte d’entrée du haut niveau européen. Mais malgré ses deux échecs successifs lors de ses essaies, l’ancien pensionnaire d’Atlético de Coléah (club de Ligue1 de Guinée) ne retrouvera pas ses terres. Pour cause, l’entraîneur du Stade Rennais de l’époque, Frédéric Antonetti, convaincu du talent du jeune guinéen n’hésite pas à le conseiller au Sporting Club de Bastia, dirigé par son neveu, Pierre-Paul Antonetti. Une occasion que va saisir l’international guinéen pour progresser dans son jeune apprentissage.

L’aventure bastiaise va prendre forme en 2009. Alors en équipe réserve, Sadio Diallo va séduire dès son premier match chez les corses. Un doublé, et le jeunot fait déjà parlé de lui sur l’île corse. L’entraîneur de l’équipe première conscient du potentiel de son jeune n’hésite pas à lui faire découvrir les ambiances des soirs de Ligue2. Et la saison suivante sera l’année de confirmation. Lors de la 7ème journée de National, le public de Furiani découvre sa jeune pépite. Lancé au quart d’heure de jeu à la place d’Azzouzi par Frédéric Hantz qui compte miser sur la jeunesse, le jeune guinéen ne met qu’une demi-heure pour trouver le cadre adverse. Le rouleau compresseur est en marche, et la machine ne s’arrêtera plus. Du moins pour cette saison-là. Car Sadio Diallo marche sur l’eau à la pointe de l’attaque bastiaise qu’il ne quittera plus jusqu’à son départ du club. Auteur de 10 réalisations en 35 apparitions sous le maillot corse, l’île adopte totalement le natif de Guinée qui devient la révélation de la saison 2010/2011.

Si d’autres sont déjà conquis par le talent du jeunot, certains préfèrent se réserver. Mais c’était sans connaître l’envie de réussir du guinéen. L’année suivante, en Ligue2, Sadio fait partie des joueurs cadres de Frédéric Hantz. Son apport pour la promotion du Sporting en Ligue1 restera comme la preuve irréfutable d’un passage réussit sur l’île. Ses buts à Louis II (victoire 1-0 du Sporting face à Monaco lors de la 23ème journée), et surtout face à Metz permettent à son club d’être sacré champion de Ligue2. Une première depuis quarante quatre ans pour le club corse. Sur le plan personnel, l’international guinéen vient de réussir sa meilleur saison dans l’élite professionnelle (11 buts marqués en 33 matchs).

Le goût amer d’une aventure bretonne…

sadio 1Le succès amène toujours la convoitise, et Sadio ne sera pas une exception à cela. Après ses deux très belles saisons, le jeune international guinéen quitte son club formateur les larmes aux yeux <<C’est Bastia qui m’a lancé dans le grand bain professionnel, je ne peux qu’être reconnaissant envers ses dirigeants ». Il va poser ses valises à Rennes. Un environnement qu’il connait très bien… Mais visiblement la marche va s’avérer très haute pour l’international guinéen qui va peiner à se faire une place au sein de l’effectif des Rouges et Noirs. Après 39 rencontres disputées lors de sa première saison, Sadio ne réussira jamais à trouver le cadre. Une première depuis deux ans. Après l’espoir, place au désenchantement chez les dirigeants rennais qui avaient pourtant débourser 1,5 millions d’euros pour s’attacher les services du guinéen, un an plutôt. La saison suivante, à son arrivée au club, Philippe Montannier ne tergiverse pas sur le cas de Sadio Diallo. Le jeune guinéen doit aller voir ailleurs « c’est difficile de le juger, car je le connais peu. C’est un garçon qui a des qualités, mais elles ne correspondaient pas à ce que je souhaitais faire. En arrivant à Rennes, c’était un joueur très prometteur de L2, mais s’il ne s’est imposé ni à Rennes, ni à Lorient, c’est qu’il y a quelque chose qui manque. ». En une saison, l’international guinéen vient de perdre son dynamisme, cette capacité à insuffler un élan offensif, à faire jouer ses coéquipiers. Bref, le talent est en train de moisir…

Venu chez les Merlus pour se relancer, l’international guinéen va s’enfoncer encore plus. Si sa première saison lui permet de retrouver le chemin des filets (3 buts inscrits en 26 matchs), le bilan lui reste très mitigé à l’égard de ce qu’on attend du joueur. Et sa deuxième saison restera comme la preuve de l’incapacité du guinéen à rivaliser avec le niveau de la Ligue1 (seulement 10 matchs disputés, 4 titularisations et 0 but inscrit). Souvent miné par des pépins physiques (Ischios, cheville; au total c’est plus de 3 blessures en 4 saisons pour Sadio Diallo), l’ancien bastiais est souvent réputé pour son manque d’hygiène hors du terrain. Pour son coach, Sylvain Ripoll, la déception ne fait l’ombre d’aucun doute « Dans un projet collectif, tu ne peux pas donner ce temps de jeu à tout le monde et il a un profil atypique.  Mais c’est vrai qu’on espérait un peu plus de lui… »

Retour aux sources

sadio 2Si Lorient ne souhaite pas lever l’option d’achat du joueur après ses piètres performances, son voisin breton, Rennes, n’a pas souhaité non plus conserver l’international guinéen qui ne goûte plus au bonheur de la sélection depuis pratiquement deux ans (il n’a d’ailleurs pas été sélectionné pour la dernière CAN 2015 en Guinée Equatoriale). A 24 ans, l’international guinéen fait un retour aux sources. Comme un symbole pour joueur en perte de repères. A Bastia, il retrouvera un autre international guinéen, François Kamano. Si l’espoir est permis aujourd’hui avec sa signature d’un contrat de trois saisons avec le SC Bastia, le constat est tout de même inquiétant pour l’international guinéen qui est passé sous la houlette de quatre entraîneurs (Frédéric Antonetti et Philippe Montanier brièvement à Rennes, Christian Gourcuff et Sylvain Ripoll), sans parvenir à retrouver ses sensations du début. Le haut niveau est-il trop exigent pour l’international guinéen ? A-t-il les épaules pour s’imposer en Ligue1 ? Les questions sont nombreuses et restent en suspend. Malgré son jeune âge, l’international guinéen a déja la bouteille pleine. Une chose est sure << Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années>> comme aime nous le rappeler Pierre Corneille. Désormais, la balle est plus que jamais dans le camp de Sadio Diallo pour se relancer…

 

Alpha BALDE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique