Syli National : Une attaque qui inquiète ?

A quelques jours de son match inaugural – et déja capital ?- des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, à Monastir face à la Tunisie, le Syli National qui réalise une préparation encourageante en région parisienne affiche une attaque plus que dans le dur.

En atteste le quator d’attaquants convoqués par Lappe Bangoura. Mohamed Yattara, banni au Standard de Liège, en passant par un François Kamano dont l’intégration à Bordeaux peine à arriver à maturation, ou encore un Lass Bangoura -très souvent brillant avec l’équipe nationale mais dont les performances -en deuxième division espagnole avec le Rayo Vallecano (125 minutes jouès en huit matchs, soit une moyenne de 18 minutes par match)- restent très faibles. Seul Idrissa Sylla, transféré récemment au QPR (2eme division anglaise) sauve la face d’une attaque au visage inquiétant.

Idrissa Sylla, l’arbre qui cache la forêt…

L’ancien Manceau qui a claqué 2 buts depuis son arrivèe en Angleterre, déja adopté par les supporters anglais qui ont deja une chanson en son nom, en est à plus de 5 réalisations depuis le début de la saison (les 2 clubs confondus). Remplaçant à Anderlecht malgré ses bonnes performances depuis son arrivée chez les Mauves – ce qui a d’ailleurs motivé le guinéen à quitter le club cet été- Sylla n’est pas encore indiscutable sur le front de l’attaaque des QPR. Mais avec 2 buts inscrits, avec une seule titularisation et un derby dans la poche, l’international guinéen s’est fait plus qu’adopté Outre-Manche.

Avec la sélection, l’attaquant de 25 ans est toujours dans les bons coups. Dos au mur, le Syli se rend au Malawi lors des éliminatoires de la CAN. Condamnée à gagner, la Guinée s’en remettra à son buteur providentiel, à l’heure de jeu, pour arracher les trois points de la victoire ce soir là. Tout comme lors du deuxième tour des éliminatoires de la CDM, lorsque celui que l’on surnome « Wadle », en référence au grand attaquant de l’OM, montre le chemin à suivre aux siens…

Traoré, véritable leader technique ?

Nier l’impact d’Ibrahima Traoré sur le rendement offensif du Syli National, releverait d’une surnoiserie sans nom. Buteur -comme à la CAN face au Cameroun- décisif lors de ses coups de pieds arrêtés -comme ce corner déposé sur la tête de Yattara face au Malawi- ou encore déroutant quand il décide de s’envoler dans ses chevauchées solistes qui déséquilibrent l’adversaire, le capitaine du Syli serait-il le Docteur Jekyll et Mister Hide du Syli ? Ses statistiques en club ne pourront contredire l’argument. Obsédé par la phase défensive avec le Borussia M’Gladbach (Traoré est le joueur offensif qui récupère le plus de ballon avec son club depuis le début de la saison. Lors du dernier match face à Schalke 04, l’international guinéen va récupérer plus de ballons (5) que Dahoud (2), qui est pourtant un milieu défensif. Ou encore réalisé autant de tacles réussies (3) que son défenseur Tony Jantschke. Ou encore face au promu Leipzig, lors que le capitaine Traoré interceptes 6 ballons. Seuls Christensen ou Wendt auront fait mieux que lui ce soir là. Tous deux, evoluant en défense…).

Souvent dans l’effort répété sur son couloir dans le 3-5-2 ou le 3-4-3 de Schubert, on voit souvent « Ibou » en manque de lucidité pour finir les actions devant. Pompé par l’énergie mise dans les interceptions plus bas. Avec seulement une passe décisive réalisée depuis le début de la saison, le tableau est loin d’être reluisant pour un joueur qui doit porter offensivement une équipe nationale…

Des chiffres inquiétants pour l’attaque

Aux oubliettes depuis un bon moment, Sadio Diallo a retrouvé les pelouses…avec le sourire. Jovial, et très à l’écoute à l’entrainement, le milieu guinéen nous a gratifié de ses touchés de balles dont on rafole. Depuis son retour de blessure, Diallo, buteur à une reprise, continue de régaler les bastiais. Même si sa dernière prestation n’était pas du goût de son coach qui l’accusait d’avoir dèja la tête avec la sélection. Pour une fois que les choses s’inversent…

Pour trouver la rampe de lancement des offensives guinéennes, il faut jetter un coup d’oeil à Leipzig, oú Naby Keita continue de séduire. En concurrence avec le tres bon Timo Weiner, Naby s’offre peu à peu un meilleur temps de jeu. En Equipe Nationale, il aura souvent porté le Syli pendant que les cadres avaient déserté. Notamment cette double confrontation qu’il aura illuminé de son talent, lors du deuxième tour des éliminatoires de la CDM 2018, face à la Namibie.

Avec 5 buts marqués lors des éliminatoires de la CAN 2017 -le Syli n’est pas qualifié- la Guinée affiche son plus faible total depuis…15 ans ! Jamais le Syli n’avait inscrit moins de 7 buts dans des éliminatoires depuis 2002. Un chiffre qui démontre la difficulté actuel de cette équipe à trouver le chemin du but, malgré un groupe plus qu’à sa portée. Des difficultés qui ont commencé à poindre lors de la CAN 2015, oú le Syli n’a inscrit que 3 buts sur 12 tentatives au but. Une attaque qui avait été incapable de trouver la clé à domicile face à une modeste Malawi. Jamais au XXIème siècle, le stade du 28 septembre n’avait accueilli « son » Syli sans voir de but…

A quelques jours de la confrontation face à la Tunisie, le Syli a toute les cartes en main pour dévérouiller la cerrure tactique tunisienne. Comme le disait une légende de Cruyff « la meilleure façon de remporter un match, c’est de marquer plus que son adversaire… »

Alpha BALDE

@alphabalde91

 

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique