Issiaga Sylla : « Je sais qu’on a plus le droit à l’erreur… »

Après un prêt fructueux et riche en enseignements au Gazéléc d’Ajaccio la saison dernière, Issiaga Sylla semble reparti pour réaliser une saison aboutie. A 22 ans, le latéral gauche guinéen nous a reçu à Toulouse, où il a évoqué son retour au club, mais aussi la situation du Syli National qui n’a plus droit à l’erreur, selon l’ancien latéral du Horoya…

100% Foot : Bonjour Issiaga.

Issiaga Sylla : Bonjour.

100% Foot : On va d’abord parler de Toulouse, de ton club ici. On rappel tu étais en prêt la saison dernière avec le Gazéléc d’Ajaccio (club promu), où tu t’es refait une santé en jouant beaucoup. Comment tu peux nous expliquer, aujourd’hui, ton retour au premier plan ?

I.S : Je vais commencer par parler d’Ajaccio. J’étais parti là-bas pour avoir un meilleur temps de jeu. Et les choses se sont déroulées comme je le souhaitais. Cela m’a permis de revenir à Toulouse avec une confiance à bloc. Et coach Dupraz m’a aussi gonflé niveau confiance, et aujourd’hui j’espère me relancer, et continuer mon bon chemin.

100% Foot : Alors on explique un peu le scénario : avant d’aller au GAZ, ton club ne te voulait plus. Et aujourd’hui tu reviens, tu as une prolongation de contrat jusqu’en 2020 sur la table. C’est quoi le déclic ?

I.S : Je crois que ma saison à Ajaccio a fait énormément parlé. Et mes performances ont été suivies par le club, à ce que je vois. Maintenant il y’a des clubs qui voulaient me faire signer, donc le club est tombé d’accord avec mon agent pour une prolongation. Maintenant j’avais bien pris le temps de discuter avec le coach avant de renouveler ici. J’ai voulu avoir des garanties sur mon temps de jeu. Si j’ai accepté de partir à Ajaccio, c’était pour avoir un temps de raisonnable. Et j’ai donc demandé à Dupraz si je peux avoir le même temps de jeu quand je suis apte.

100% Foot : Des clubs voulaient vous faire signer. On va parler de ce mercato estival, où on ne vous voyait pas rester au TFC. Quels sont les clubs qui voulaient te recruter ?

I.S : Il y’avait Saint-Etienne, Guingamp, Rennes en France. En Belgique il y’avait le F.C Bruges et le Standard de Liège. Et l’Atalanta en Italie…

100% Foot : Pourquoi le choix de rester finalement à Toulouse…

I.S : J’ai toujours voulu rester quelques années encore en France, avant de vouloir tenter le challenge de l’étranger. Et j’ai donc jugé avec mon agent que c’était une bonne proposition pour rester.

100% Foot : Tu es venu à Toulouse en 2012, tu avais 18 ans. Une année plus tard Alain Casanova te lançait dans un schéma à trois derrière. Aujourd’hui tu le retrouves encore avec Dupraz. On peut dire que tu es fait pour le 3-5-2 ?

I.S : J’ai commencé avec ce système depuis au pays (en Guinée). Avec l’actuel coach du Syli, Lappé Bangoura, j’ai commencé à évoluer en 3-5-2. Et je l’ai retrouvé avec Casanova, donc je me suis adapté facilement car je l’avais déjà pratiqué.

100% Foot : On parle souvent du manque de sérieux de nos internationaux. On te compare souvent à Serge Aurier avec qui tu avais réalisé une belle saison en 2013. Aujourd’hui il est au PSG, toi tu as connu des hauts et des bas, pourquoi cette différence au final ?

I.S : En fait Serge est un habitué, et moi je viens de commencer si on peut dire. C’est quelqu’un de très gentil depuis Toulouse. Les gens pensaient même que c’était mon frère, car on faisait tout ensemble. Il a toujours été là pour moi. Même quand j’étais parti au Gazéléc, il m’appelait toujours pour me conseiller. S’il est aujourd’hui à Paris, c’est qu’il a suivi un bon chemin. Et j’espère que je vais aussi suivre ce chemin, continuer sur ma bonne lancée du moment. Dans le football, c’est le travail qui paye. Donc à moi de travailler.

100% Foot : On va parler du phénomène Ligue1 du moment, Pascal Dupraz. Comment décrirez-vous votre coach, qui est un personnage entier à lui tout seul ?

I.S : Moi c’est quelqu’un que j’ai connu depuis qu’il était à Evian TG en Ligue 1. Ce qui m’a d’abord marqué chez lui, c’est le fait qu’il ait demandé à me rencontrer malgré mes envies de départ ce mercato. Il m’avait dit que même si je voulais partir, il faut que j’accepte de le rencontrer avant. Et au premier jour de la reprise, il m’a pris, il m’a parlé. Et à partir de là, j’ai vu que c’est un coach qui te motive à bloc. Il motive ses joueurs sur le terrain. Il a l’envie de gagner tous ses matchs. Et il a ce secret de transcender ses joueurs match après match. Et moi j’adore travailler avec lui.

100% Foot : Quelle est ta relation avec lui justement ?

I.S : On va dire qu’il approche tous les joueurs pour leurs parler. Il donne beaucoup de conseils à tout le monde.

100% Foot : Demain c’est un autre gros au stadium. L’olympique Lyonnais. Ils sont en difficulté ces derniers moments, mais on imagine que vous êtes très confiants après avoir fait chuter le PSG, et Monaco ici ?

I.S : C’est vrai qu’ils sont en difficulté, mais tout le monde sait que Lyon possède des joueurs capables de changer le cours d’un match à n’importe quel moment. Nous aussi on sera là pour prouver qu’on mérite notre place. Ils vont nous créer des problèmes, c’est sûr. Mais le match ne sera pas facile, c’est évident. Ils voudront justement nous faire tomber car on a battu tous les gros, et se relancer eux-aussi. Mais ça sera à nous de montrer qu’on est place mentalement, et physiquement.

100% Foot : On va donc parler du Syli National. Défaite 2-0 face à la Tunisie lors de la première journée. Un très mauvais début ?

I.S : Contre la Tunisie on est carrément passé à côté. On était pas prêt, il faut le dire. On était pas concentré sur le match, surtout en première période. Sur le but, il y’avait un changement (entrée de Mohamed Yattara), et on était tous entrain de regarder le changement. On a pris un but évitable.

100% Foot : Prochaine sortie, dans deux semaines, face à la RDC qui a étrillé 4-0 la Libye. Vous pensez que vous ferez le poids face à cette équipe remplie de talents en ce moment ?

I.S : On ne va pas s’avancer, et je ne vais rien dire. Mais je sais qu’on a plus droit à l’erreur. Pas de match nul, pas de défaite. Il faut gagner. La RDC est une équipe qui aime jouer au foot, et qui produit du bon football. Maintenant à nous de rester concentrer à Conakry, où la famille et les supporters nous attendent impatiemment. Ce qu’on fait en club, c’est ce que nous devons faire avec la sélection nationale.

100% Foot : Merci pour cet entretien

I.S : Merci à vous d’être passé !

Entretien réalisé par Alpha BALDE

@alphabalde91

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique