CAF : AHMAD, L’HOMME DES SURPRISES…

En annonçant sa candidature le 13 Janvier dernier, Ahmad n’y croyait peut-être lui-même pas à son propre succès. Alors que tous les observateurs assidus du foot africain y voyaient un simulacre d’élection démocratique à la tête de la CAF, le destin vient de choisir un autre résultat ce Jeudi à Addis-Abeba. Cet ancien ministre des Sports, et actuel sénateur, et Président de sa fédération malgache, âgé de 54 ans vient de réaliser un exploit digne des comptes de fées. Il vient de faire chuter un dinosaure, Issa Hayatou, Président de la CAF depuis…29 ans !

Tenir tête. Voilà un mot qui résumerait bien le nouveau boss du foot africain. Alors que son nom avait été cité dans les colonnes du Sunday Times dans l’affaire d’attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar (il était accusé d’avoir touché entre 30000 et 100 000 dollars), Ahmad s’en est toujours défendu, clamant son innocence. D’ailleurs aucune preuve n’en est encore sorti. L’homme tiendra tête, une nouvelle fois lorsqu’en Janvier dernier, juste après l’annonce de sa candidature, le Comité Exécutif de la CAF décidera de retirer au Madagascar, dont il est le Président de la Fédération, l’organisation de la Coupe d’Afrique des moins de 17 ans. Un énorme coup porté à la candidature d’un homme qui veut se présenter comme le candidat du renouveau et du changement, pour le foot africain.

Pourtant quatre ans avant, l’homme avait déjà réussit un sérieux coup. Alors qu’il était encore un parfait inconnu, Ahmad va intégrer le Comité Exécutif de la CAF, en tant que représentant de la zone Sud, en battant à la grande surprise Danny Jordan, le grand challenger sud-africain, au second tour.  Et avait de très peu faillit intégrer la FIFA en Septembre dernier, à travers les deux postes disponibles pour la CAF, au sein de l’instance mondiale du football. Ahmad avait échoué à cause d’une seule voix qui lui avait échappé alors…

Ses mesures annoncées pendant la campagne ?

Le désormais nouveau patron du football africain n’est pas fermé à l’idée de jeter un regard neuf sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations. Dans un entretien accordé à RFI au mois de Mars dernier, le malgache ne tranche pas dans le vif, mais penche pour une réflexion au tour de la plus prestigieuse compétitions sur le continent : « J’ai déjà annoncé qu’il y aurait un débat pour qu’on réfléchisse au sujet de toutes les compétitions. La CAN est la compétition phare du continent. Va-t-on garder seize équipes ou va-t-on l’ouvrir (sic) ? Est-ce qu’on va organiser une rotation du pays hôte dans chaque zone ? Est-ce qu’on va continuer à l’organiser tous les deux ans ? Ce n’est pas à moi de répondre. Il faut impliquer tout le monde dans ces questions, que ce soit les anciens joueurs, les techniciens, les sponsors et évidemment les administrateurs du football que nous sommes. Il faut qu’on discute librement, sans contrainte, pour améliorer cette compétition. Le fait d’en rester là crée la léthargie. Je pense que ça finira par dénaturer la compétition ou même par démotiver les gens. […] » prévient-il.

Le 16 Mars dernier, Ahmad annonçait : «  Je ne dis pas que je vais gagner, mais je ne pense pas qu’on pourra nous ridiculiser. » Comme une prévision, l’homme de 55 ans, voyait déjà le vent de la fraîcheur du football africain soufflé ce jeudi à Addis-Abeba, symbole d’une Afrique Unie et Grande…

Alpha BALDE

@alphabalde91

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique