ILS ONT ECRIT L’HISTOIRE !

Malgré une première période poussive, et totalement ratée par les hommes de Victor Zvunka, le Horoya a réussit à revenir des vestiaires avec un mental de conquérant, et se qualifier pour la phase de groupes de la Coupe de la Confédération CAF. Une première depuis…2005 !

Battu, mais qualifié ! Le Horoya AC vient de composter son billet pour la phase de groupes de la Coupe de la Confédération de la CAF. Une performance disparue des radars du football guinéen depuis douze ans, lorsque le Fello Star de Labé avait sorti les camerounais de Bamboutos Mbouda (4-0 sur l’ensemble des deux matchs). Ce soir, l’histoire était tout autre. Vainqueur 2-0 à Conakry, malgré la colère de son Président après le match dans les vestiaires, le Horoya aura su préserver son avantage dans l’enfer marocain, où l’arbitrage aura été plus que discutable. Comme très souvent en Afrique, lorsque l’enjeu est de taille.

Dès l’entame de la partie, les joueurs de l’Ittihad font un pressing étouffant sur le but du Horoya. Les locaux annoncent les couleurs, et les visiteurs mettent du temps à sortir de cet étau. Mis à part cette incursion de Bassirou, dont le centre va trouver les gangs du gardien marocain, le Horoya n’aura rien à se mettre sous la dent dans cette première période. A la demi-heure de jeu, l’arbitre accorde un pénalty discutable à Tanger. Ibrahim Aminata Condé touche le ballon de la main en s’écroulant, dans son duel avec son adversaire. Hervé ne se fait pas prier pour transformer la sentence, et donner l’avantage aux siens (1-0). Trois minutes plus tard, le Horoya se voit sanctionné à nouveau. Ibrahima Sory Sankoh touche à peine son vis-à-vis dans la surface, que l’arbitre bronche. Benlamalem remet les pendules à l’heure sur l’ensemble des deux matchs (2-2).

Dans ce contexte, les nerfs des joueurs du Horoya sont au vif. Soumah passe tout proche du rouge, dans son altercation avec El Hilal. Mais les deux vont écoper d’un carton jaune.

Au retour des vestiaires, on découvre un autre visage du Horoya. Les hommes de Victor Zvunka ont décidé de jouer. Sur un corner parfaitement tiré, l’intenable Bassirou Ouedraogo saute plus haut que tous, et réduit le score pour son équipe (2-1; 48e). Comme en première période, les choses vont s’accélérer. Deux minutes plus tard, Ibrahima Sory Sankoh fautif sur le second pénalty se rend justice. Le milieu du Horoya reçoit parfaitement une passe de Mensah le nouvel entrant, après une contre attaque parfaitement menée. Il contrôle avant d’ajuster le gardien de l’Ittihad. Le Horoya est plus que qualifié à ce moment du match (2-4, sur les deux matchs).

Sonnés, les marocains tentent de réagir. Mais c’est sans compter sur l’excellent Berthé dans ses buts, qui a presque fait oublier Khadim N’diaye. Il s’interpose devant El Hilal (54′), avant de capter le cuir de Chentouf (58′). Les espaces se libèrent et le Horoya veut en profiter. Yacouba Mando passe tout près de tromper Amis, sur un contre, à l’heure de jeu. Dix minutes plus tard, le Horoya va même trouver à nouveau le chemin du but, mais la joie sera de courte durée, pour une position de hors jeu.

La Défense guinéenne tremble, mais tient bon. A l’image de la sortie plein d’autorité de Berthé dans les pieds de Daoud (75′). Mais les frayeurs se font de plus en plus sentir dans cette fin de match. El Hilal voit sa tête caresser le petit filet au dessus de la transversale du Horoya. Le club de Matam va une nouvelle fois cédée juste avant le temps additionnel (3-2 pour l’Ittihad) qui croit à nouveau à l’exploit. L’expulsion d’Amiante Condé, pour un second carton jaune (93′), ne va pas changer leur détermination. Trois minutes plus tard, Berthé encore lui, garde ses appuis sur sa ligne, et s’impose sur une tête de Dyb. Ce sera la dernière frayeur pour le Horoya qui vient d’écrire une nouvelle page de l’histoire du football guinéen.

Douze ans plus tard, un club guinéen s’ouvre les portes des phases de groupes de la Coupe de la Confédération. Un résultat qui va sans nul doute ravir son président, qui rêvait d’une référence africaine au plus tard en…2017 !

Alpha BALDE

@alphabalde91

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique