Ittihad – Horoya AC : Le coup de maître de Victor Zvunka à la pause !

Inexistants en première période, même si l’arbitrage s’est montré plus que contestable lors de ces 45 premières minutes, les joueurs du Horoya sont revenus des vestiaires avec une détermination sans précédent. Menés 2-0 à la pause, les hommes de Zvunka ont réussit à rattraper leur retard, dès l’entame de la seconde période.

Cette « remontada » inespérée au vu de la prestation en première période, le Horoya le doit à son coach. Longtemps décrié, placé sur un siège éjectable par de nombreux observateurs, le technicien français a réussit son paris. Alors que le bloc de l’équipe était très bas en première période (une seule opportunité pour le Horoya en première période. Bassirou s’échappe mais son centre ne trouve pas preneur à la 21ème), Zvunka va d’abord tenir un discours de patron dans son vestiaire, suivi de représentants de la Fédération Guinéenne de Football, eux-aussi venus réveiller les joueurs de Matam. Il demande à ses hommes de proposer du jeu, chose qu’ils avaient été incapables de faire jusque-là : « Jouez avec le ballon. Jouez surtout à terre, avec de la précision » a-t-il martelé à la pause.

Mais le sorcier d’un soir ne va pas se limiter aux seuls mots. Il décide de lancer sa flèche, Mensah en lieu et place de Baffour. Le ghanéen totalement transparent en première période, comme le reste de l’équipe, cède sa place à celui qui va porter les siens pour les minutes à venir. Un remaniement tactique auquel ne s’attend pas les joueurs de l’Ittihad sûrs de leur avance, et portés par plus de 30000 personnes qui ont fait le déplacement. Sur un de ses premiers ballons, Mensah dépose de manière chirurgicale le ballon sur la tête de Bassirou Ouedraogo qui n’a plus pousser le ballon au fond du but (48e). Rien ne va plus arrêter Mensah qui donne des tournis à l’arrière garde de Tanger. Suite à un ballon perdu par les marocains, le nouvel entrant lance une contre attaque éclaire. Il garde sa lucidité, lève la tête avant de servir Ibrahima Sory Sankoh, qui ajuste la défense marocaine, avant de cadrer son tir (50e). Perdu, noyé en première période, le Horoya ramène les pendules à l’heure dans ce match.

Malgré sa défaite 3-2 au final, Victor Zvunka aura réussit son paris. Celui de tout un pays, qui était de ramener les drapeaux du football guinéen dans les phases de groupes d’une compétition africaine. Désormais le siège éjectable est très loin du coach français. Un tapis rouge pourrait lui être déroulé dans les jours à venir. Surtout quand on sait la confiance placée en lui par son président…

ALPHA BALDE

@alphabalde91

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique