INTERVIEW / Khadim N’Diaye : « Ils ont joué avec l’entraîneur, ils veulent le salir… »

A 32 ans, Khadim N’diaye est aujourd’hui l’un des vieux sages de la forteresse des Lions du Sénégal. Champion du Sénégal en 2009 avec l’AS Linguère, le gardien international sénégalais évolue depuis 2014 au Horoya AC en Guinée, où il garnit son armoire à trophées. C’est en homme heureux, et sans langue de bois, que la crinière du Lion nous a accordé une interview. Lui qui d’habitude ne se livre jamais, à accepter de survoler l’actu de la sélection avec nous, quelques jours avant la double confrontation face à l’Afrique du Sud, décisif pour un billet au mondial russe…

 

100% FOOT : Le Sénégal est bien parti pour disputer une deuxième coupe du monde de son histoire. C’est un rêve surtout pour toi qui a été rappelé en sélection par l’actuel coach…

 

Khadim N’diaye : La Coupe du monde c’est la fête du football. Donc oui, tout joueur aimerait y participer un jour. Dieu a fait que je suis sénégalais, et surtout comme vous le dites, le coach m’a accordé sa confiance et m’a ramené dans cette équipe. Il m’a dit j’ai besoin de toi de par ton expérience, car faut savoir que je suis le doyen de l’équipe nationale. Maintenant il faut jouer nos matchs qui nous restent pour les gagner.

 

100% FOOT : Tu reviens donc comme doublure de Diallo. Sauf que depuis trois matchs, les bonnes performances se multiplient. Comment tu vis tout cela ?

 

K.N : Je n’ai jamais été doublure de quelqu’un dans ma vie. Quand je suis venu c’est Diallo qui jouait devant moi, il faisait de bonnes performances, et j’ai accepté. J’ai attendu mon heure, et voilà. Moi je pense que le Sénégal n’a pas de numéro 1 ou de numéro 2. Tout le monde est titulaire. C’est seulement les choix du coach qui font la différence. J’ai vu que le coach a apprécié ma performance, mais pour moi, c’est du passé maintenant. Je sais que le prochain match, si je me rate, il sera le premier à me le faire savoir. Donc à moi de travailler dur pour que cela continue.

 

100% Foot : Aujourd’hui malgré tes bonnes performances récentes, tu ne te considères pas comme numéro 1, dans les buts du Sénégal ?

 

K.N : Non, je ne suis pas numéro 1. Il y’a de ces matchs où je n’étais pas dans les buts, et là je fais de bonnes choses récemment. Comme je vous l’ai dit, c’est maintenant du passé pour moi. Je ne vais pas rester sur ça. Ce qui m’intéresse en ce moment, c’est de bien préparer le prochain match. Si le coach me fait confiance, j’essaierai de ne pas le trahir ainsi que la confiance de tout le peuple sénégalais.

 

100% Foot : Face au Cap Vert, on parle du but sénégalais comme le tournant du match. Mais on oublie que tu sors une énorme parade qui maintient le Sénégal, alors que le score était nul et vierge encore…

 

K.N : C’est peut-être le vrai tournant du match. Car ce n’était pas du tout facile de jouer au Cap-Vert, avec des conditions climatiques pas évidentes. Je m’étais que même si le Sénégal part favori pour ce match, le Cap-Vert à domicile, allait se procurer des occasions. Et je me devais d’être concentré, et rester dans mon match.

 

100% FOOT : Depuis 2002, l’équipe du Sénégal a traversé pas mal de crise (2009, 2012). Tu penses que cette génération actuelle, va échapper à cette « crise »

 

K.N : Je suis optimiste moi. On a un très bon groupe. Une bande de copains qui se retrouve. Pas seulement une équipe de football. La preuve lors de la dernière CAN on a été déçu par le résultat qu’on a fait, mais on a discuté entre nous, et ça ne nous a pas empêché d’être aujourd’hui bien placé pour aller plus loin encore, avec la Coupe du monde.

 

100% Foot : Justement, tu parles de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Qu’est-ce qui a manqué à ce Sénégal là, vu comme un favori, d’aller soulever ce trophée…

 

K.N : De la réussite. Je pense que c’est tout. Face au Cameroun, tout le monde est d’accord qu’ils sont restés derrière par exemple. On a créé mais on n’a pas eu l’occasion de marquer. Et une fois aux tirs au but, vous savez comment ça se passe…

 

100% FOOT : Aliou Cissé est souvent décrié par les observateurs du football sénégalais. Tu le sens affecté toi lorsqu’il est avec le groupe ? Il vous en parle à chaque regroupement pour vous motiver ?

 

K.N : Chez nous, chacun veut parler. Comme le dit le Président de la République, Macky Sall, il y’a 14 millions d’entraineurs. Moi depuis que je suis revenu, je pense qu’on a perdu 2 fois. Lui il fait ses résultats. Je ne sais pas ce que les gens racontent avec l’histoire du schéma, mais les résultats sont là. Je remarque juste moi qu’on prend peu de buts, et on marque assez. Que veulent-ils de plus ? Le coach n’a pas besoin de nous motiver en nous parlant de ça. Nous, en tant que joueurs, on sait d’où vient tout cela. C’est ceux qui doivent l’aider (ndlr, le coach) qui se retournent contre lui pour lui créer des problèmes. Ce ne sont pas les supporters ou la population, mais des gens bien ciblés, bien déterminés que tout le monde connaît qui se livrent à cela. Ils ont joué avec l’entraîneur, ils veulent le salir…

 

100% Foot : Vous voulez parler des anciens coéquipiers d’Aliou Cissé en sélection ? Les Diouf, Koly…

 

K.N : Je n’ai pas dit de nom. Mais ils doivent savoir que nous les joueurs on voit tout ce qui se passe. Car dans le monde d’aujourd’hui rien ne peut se cacher. Mais regardez, Dieu continue à grandir le coach. Ils n’ont qu’à le laisser travailler, c’est tout ce qu’on veut. Avant lui, il y’avait des gens qui étaient là. Aujourd’hui c’est lui, il va faire son travail, et si le Sénégal n’atteint pas ses objectifs, il y’a des gens compétents pour cela qui vont prendre la décision qui s’impose. Mais ce ne sont pas ces gens qui parlent à droite à gauche qui vont faire quoi que ce soit. Ces des gens qui n’ont jamais voulu qu’on les critique, et aujourd’hui eux se permettent de le faire avec un autre. C’est plus que dommage…

 

100% Foot : Cette équipe est pleine de vedettes : Koulibaly (Naples), Mané (Liverpool), etc. Comment vis-tu cela toi qui évolue dans un championnat africain, et surtout comment eux te voient ?

 

K.N : (rire) ! Tu sais c’est Dieu qui a fait que je joue en Guinée (championnat guinéen de football Ligue1 avec le Horoya AC). Honnêtement ils me considèrent comme si j’étais dans le même championnat qu’eux. Par exemple Sadio, il reste difficilement 24h sans m’appeler ou m’écrire. Pareil pour Kalidou.

100% Foot : Merci Khadim, et bonne chance pour la suite.

K.N : Merci aussi à votre site que je lis souvent. Avant de finir j’aimerai remercier la Guinée qui m’a accueilli comme son fils. Le Horoya qui m’a permis d’avoir du temps de jeu, jusqu’à être dans les buts du Sénégal aujourd’hui. Merci du fond du cœur, car sans eux, je pense que ça aurait été impossible tout ce que je vis aujourd’hui…

Entretien réalisé par Alpha BALDE

@alphabalde91

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique