SYLI NATIONAL : QUI EST PAUL PUT ?

images-2

 

Un Bilan plutôt positif avec les sélections africaines : 

Sur le continent africain, si on ne compte pas son passage en club avec l’USM Alger lors de la saison 2016-2017 (39 matchs disputés), le sélectionneur Belge affiche un bilan plutôt correct avec ses trois nations qu’il a entraîné. En 48 rencontres, Paul Put a dicté sa loi à 23 reprises, et n’a connu un revers qu’à 13 reprises. Notamment celle en finale, face au Nigéria qui restera peut être la plus marquante pour lui.

Arrivé à la CAN 2013 comme un outsider sérieux avec des individualités comme Pitroipa, Alain Traoré, Astrid Bancé ou encore Charles Kaboré, et l’expérimenté Dagano, Paul Put fait oublier au public burkinabé ses débuts difficiles. Son équipe survole la phase de poule en terminant leader dans son groupe, devant le Nigéria notamment; après avoir infligé une sanglante défaite à l’Ethiopie (4-0). L’aventure s’arrêtera en finale face à des Super Eagles nettement supérieur dans la maitrise technique du match. Malgré tout, Paul Put inscrit son nom en lettres d’or au panthéon du foot burkinabé. Cette équipe qui restait sur 18 matchs sans succès en phase finale de CAN (depuis son quart de finale 1998). Une éternité…

Mais deux ans plus tard, Paul Put ne réédite pas l’exploit, et voit son contrat s’achever, et remplacer par un certain Gernot Rohr.

 

Un coach condamné dans son pays pour matchs truqués 

Pour la presse belge, Paul Put est un homme qui répond aux sirènes du chéquier bien remplit. Difficile de leurs donner tord quand on se rappelle que la Justice belge a épinglé le flamand en 2014. Alors coach de Lierse, club de D1 belge, Paul Put aurait participé à des matchs truqués entre 2004 et 2006. Des enquêtes qui ont fini par épingler le sélectionneur, alors à l’époque à la tête des Etalons. Même si celui-ci s’en est toujours défendu, il reste condamné à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Ce qui l’empêchera de revenir dans son pays natal pour y exercer un jour…

Imprimé de la culture africaine

D’après de nombreuses déclarations de joueurs qu’il a eu sous sa houlette, Paul Put serait de la trempe des coachs qui privilégient le relationnel. La compréhension, et la gestion de groupe en écoutant chacun. Tout le contraire par exemple d’un certain Luis Fernandez. D’après les dires du groupe Burkinabé qui a vécu l’épopée de 2013, le technicien flamand est très proche des leaders et anciens du groupe, et surtout permet très souvent à ses joueurs de se ressourcer au près de leurs proches, avant les rencontres à domicile. Quelque chose que le coach jugerait primordial pour maintenir les joueurs concernés, et boostés mentalement avant chaque rencontre.

La rédaction

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Regie Publicite Afrique